Autoportrait de l’auteur en coureur de fond

Rare de me voir un roman à la main.

Celui-ci, conseil de mon voisin joggeur Boris me convient particulièrement.

La sensibilité toute japonaise de l’auteur, le rapprochement de la démarche, de l’effort dans le fait d’écrire et celui de courir.

Qui a couru un marathon se reconnaitra. Idem pour celui qui a voulu un jour écrire plus d’une page une fois passé l’âge de l’école.

Ce contenu a été publié dans lecture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *