Premier rakusu autour du cou

rakusuC’est il y a longtemps. Le petit Jean organisait encore des journées de zazen à Viroinval, si je me souviens bien du nom du village.

J’étais mal, je tremblais comme une feuille, j’étais débutant et voulais m’enfuir et rester là, tout en même temps.

Anne, qui dirigeait la journée, a pris son rakusu brun, a posé la petite pièce avec un triangle brodé sur son front, sur le mien, nos regards se sont rencontrés dans une bienveillance illimitée, sans aucun jugement, et je me suis assis, sans comprendre ce qui se passait.

Depuis lors, je suis assis, et je reste ainsi, dans l’ainsité.

C’était le premier moment « i shin den shin » que je vivais.

Pour toi, Anne Victoire, le plus profond des gasshô.

 

Publié dans blog | 3 commentaires

Daishin

AviothElle peut paraître brute comme une des petites bûches qu’elle rentrera cet hiver.

Mais la Voie qu’elle suit ne l’est pas.

Toutes deux réchauffent gentiment quand on les allume.

 

Elle peut paraître rêche comme les mailles du tricot de la laine qu’elle a tissée.

Mais elle est tellement riche, un trésor inestimable.

Daishin, Vaste esprit

(Inspiré du Shôdôka)

Publié dans blog | Laisser un commentaire

Bienheureux les…

4268707f

 

La naïveté est une forme d’ignorance qui rend heureux, ou qui préserve de la dépression.

Celui qui se dit « réaliste », qui croit avoir compris, pire le cynique, n’en est jamais qu’une victime de l’ignorance de la vacuité qui est la règle fondamentale.

Je voudrais reprendre ce blog, mais voudrais le faire avec discrétion. C’est un héritage aux fouineurs. Je vais remplir les trous de ce journal, un quotidien qui ne l’est plus depuis longtemps, en utilisant un code, il désignera les articles qui sont hors de la ligne du temps.

Publié dans blog | Un commentaire

Rentrer à la maison en passant par le bois

Le pli est pris, enfin, je crois.

Comme le petit chaperon rouge, quand je ne suis pas pressé, pour rentrer du boulot, je reprend un train une fois arrivé à destination, un omnibus jusqu’à une gare un peu plus loin, ou plus près de la maison, et qui me permet de rentrer à pied, en faisant un détour par le bois.

C’est une vingtaine de minutes de calme, le plein de sons, d’images, d’odeurs.

bois_herchies

 

Publié dans blog | Laisser un commentaire

K’s Choice – No surprises

Quand des voix que j’adore reprennent un groupe et une chanson que j’adore…

Et quand Regina Spektor s’y met :

Et le meilleur pour la fin :

Publié dans musée | Laisser un commentaire

Paul Bourgoignie

Portrait-du-poète-Paul-BourEn ce qui concerne le surréalisme belge, il n’y en a plus que pour le gros Magritte. C’est vrai que ça passe bien sur Instagram, que ça permet de faire la pub des bienfaisants fabricants d’électricité, d’air conditionné etc.

Info sur Paul Bourgoignie : ici

Je chipotais dans ma collection des Poquettes volantes ce matin pendant une pause thé.

Je partage quelques extraits de « Moroses mots roses ».

 

 

Si dieu est infini, qu’on en finisse !

~

Le Verbe est infinir

~

L’infini reste sur sa faim

~

J’ai des fins de moi difficiles

~

Le bas de soi

~

Elle lui avait plu, il en était transi

~

RELATIVE
TEL VARIE
LA VERITE

Publié dans poésie | Laisser un commentaire

Marche matinale

marcheC’est un roman qui m’a inspiré de rester dans le train jusqu’à la Gare Centrale, plutôt que de m’engouffrer dans le métro de la Gare du Midi. Résultat, je perds à peine 5 minutes, mais je gagne 10 minutes de marche dans la ville.

A la voir ainsi, Bruxelles, je me suis mis à rêver au voyage temporel, à voir les petites maisons du Mont des Arts, à voir l’ancien Palais du Coudenberg. C’est beaucoup plus difficile de la voir dans 50 ans. Va-t-elle s’adapter et faire face à toutes ces crises que nous connaissons ?

Et pourtant, de m’y promener, de sentir rien que par cette marche de 10 minutes l’énergie dans mes mains ouvertes, je redeviens optimiste, la transition est en route ici aussi, peut-être pas dans le centre historique et administratif, mais là ou sont les gens (ici, on croise plus de navetteurs que des echte brusseleirs), à Ixelles, à Schaerbeek,…

J’arrive au boulot en pleine forme. Et ce soir, ce sera idem, je prend à nouveau le train omnibus qui me dépose à l’orée du bois, ça me permettra 15 minutes de ballade.

Publié dans blog | Un commentaire

Mort du cerisier

cerisierLe vieux cerisier -celui que vous voyez à gauche de la maison- vient d’être abattu.

On savait qu’il était malade, on était même content de le voir partir car il faisait de l’ombre au bébé chêne, et menaçait la clôture, mais n’empêche, quand sa branche maîtresse a craqué, mon cœur s’est resserré.

Je ferais un exécrable bûcheron. Je lui chante un soutra, je brûle de l’encens.

Publié dans blog | Laisser un commentaire

Note : arrivée à la Gendronnière

488164_10151050767619794_354663081_nJ’ai retrouvé ces notes, prises dans un carnet lors de mon premier passage à La Gendronnière, au camp de l’été passé.

En prenant, plus de trente ans après Maître Deshimaru et Roland, le chemin qui mène au château, je les imagine, eux aussi, impatients de le découvrir, dans leur auto, dans le chemin dans le grand parc…

Est-ce que dans leur tête, la mission de Maître Deshimaru était déjà aussi vaste que ce lieu ?

Ça m’impressionne, puis ça passe.

C’est aussi bien d’avoir attendu longtemps avant de venir ici.

Je suis encore une fois un débutant.

Les clichés négatifs, qui m’avaient impressionné, les anciens rétifs, le bar bruyant, l’avidité, l’accueil parfois moyen fait à la Sangha de Roland, ce sont des leurres, des on-dit, des choses anciennes.

Immédiatement, je me pose. Je m’imprègne de l’influence des pins, des cèdres, des bambous…

Je ne dis pas que c’est exceptionnel, c’est comme un déjà-vu, mais dans une normalité sereine.

Je n’ai pas envie de sortir des lieux communs comme « c’est comme rentrer à la maison », je ressens plutôt que c’est un partage calme, une reliance avec l’énergie de tous ceux qui m’ont précédé.

Publié dans zen | Laisser un commentaire

Labo est guéri

Labo, c’est le nom du MacBook Pro qui a si vite plu à Martine 🙂 je dis ça bien sur parce que je suis un peu jaloux de ne pas en avoir la quasi-exclusivité 😉

Toutes les machines que nous pouvons acquérir grâce au boulot portent toutes ce joli nom.

Depuis le début de la semaine, alors qu’il s’était déjà fait remplacer l’écran et rentrait de chez le réparateur, il s’est mis à ramer comme un vieux PC, puis à se bloquer complètement à l’allumage…

Les forums, pour un ignare du Mac, il faut le temps de les digérer. Je me sens déjà un peu moins benêt, reset de la mémoire, vérification du disque, mise à jour des permissions, etc… et il a l’air de bien se porter.

ça compense les emmerdements que j’ai au boulot pour le moment.

 

Publié dans blog | Laisser un commentaire